Damon COMPAGNIE LYRIQUE

La Compagnie Lyrique

Créée en 2003 par le chef d’orchestre David Stern, la compagnie lyrique Opera Fuoco, est composée d’un atelier lyrique de jeunes solistes professionnels et d’un orchestre jouant sur instruments d’époque. Opera Fuoco s’engage dans l’interprétation d’un répertoire allant du baroque au contemporain. Chaque projet scénique et concertant est conçu pour intégrer activement les membres de l’atelier lyrique et ainsi consolider leur parcours professionnel. La compagnie lyrique est régulièrement invitée à se produire dans des nombreux lieux et festivals en France et à l’international. Opera Fuoco est en résidence à la Salle Ravel de Levallois et à la Bibliothèque Paul Marmottan de Boulogne.

 
L’Atelier Lyrique

Constitué par une douzaine des jeunes solistes professionnels recrutés tous les trois ans sur audition, ce programme de professionnalisation est au cœur du projet artistique d’Opera Fuoco. Chaque année la série des Masterclasses explore le répertoire lyrique. Les jeunes solistes sont accompagnés par un grand artiste spécialisé dans le répertoire programmé. A la fin de chaque Masterclasse un concert-rencontre restitue le travail accompli par les solistes.

L’atelier lyrique est une partie intégrante de toutes les productions et actions culturelles d’Opera Fuoco.

 
 
L’Orchestre

Fondée par David Stern en 2003, l’orchestre, met en valeur l’éclat et la couleur des instruments d‘époque et souligner l’interprétation du répertoire vocal. Il est lié intimement à l’atelier lyrique, l’orchestre permet aux jeunes solistes de se saisir de toutes les nuances propres à chaque programme et répertoire exploré. Sous la direction artistique et musicale de David Stern, l’orchestre d’Opera Fuoco est régulièrement invité à se produire avec des solistes prestigieux en France ou à l’étranger, tels que Paul Agnew, Danielle de Niese,Natalie Dessay, Laurent Naouri, Karine Deshayes, Vivica Genaux, Andreas Scholl, Markus Werba, Ann Hallenberg.

 
 
En savoir plus

LA FABRIQUE DE PROJETS LYRIQUES

Opera Fuoco répond aux sollicitations de festivals et structures prestigieuses nationales et internationales, tels le Bachfest de Leipzig, Kozerthaus de Vienne, Théâtre des Champs-Elysées, Opéra Royal de Versailles,Telemann Festtage Magdeburg, Opéra de Reims, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Teatru Manoel de La Valette, Beethovenfest de Bonn, Shanghai Baroque Festival, Hong Kong Philharmonie et Philharmonie de Paris.

 

Grâce à l’esprit de découverte de David Stern, le répertoire d’Opera Fuoco est riche et se développe constamment avec des œuvres connues et des recréations mondiales. C’est ainsi qu’Opera Fuoco a recréé et enregistré l’opéra Zanaïda de Johann Christian Bach en 2011 (Zig-Zag/Outhere), de même, en collaboration avec le Palazzetto Bru-Zane, Opera Fuoco a enregistré en première mondiale des cantates de Boisselot, Hérold et Cherubini avec la mezzo-soprano Karine Deshayes (Zig-Zag/Outhere). En 2017 paraît l’enregistrement « Berenice che fai » (Aparté) qui explore la musique Viennoise autour de la compositrice Mariana Martinez. Ce disque réunit trois solistes des trois générations de l’atelier lyrique, Chantal Santon, Natalie Perez et Lea Desandre.

 

De plus, Opera Fuoco s’engage dans la création contemporaine, passant la commande d’un prologue à Cosi fan tutte au compositeur Nicolas Bacri en 2014. Cette création, « Cosi fanciulli », avec un livret d’Eric-Emmanuel Schmitt a permis aux jeunes solistes d’aborder la musique du XXIème siècle.

 

Parmi les évènements marquants des dernières saisons, la production scénique de Damon, opéra comique de Telemann avec la mise en scène d’Aron Stiehl a marqué le retour d’Opera Fuoco à Magdeburg en mars 2016. En Septembre 2016 la production de Kiss me Kate de Cole Porter avec la mise en scène de Ned Grujic a inauguré la résidence de la compagnie lyrique à la Salle Ravel de Levallois. En Septembre 2017, Opera Fuoco a répondu à l’invitation de la prestigieuse Beethovenfest de Bonn pour un concert autour du thème « Amour lointain » avec la mezzo-soprano Karine Deshayes. Au printemps 2018, Opera Fuoco revient à Magdeburg pour la production du Richard Cœur de Lion de Telemann et à Levallois pour le Schauspieldirektor de Mozart et Prima la Musica poi le Parole de Salieri. A l’automne 2018, Opera Fuoco reviendra au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines pour la reprise du programme « Berenice che fai ». Pendant la saison 2018 – 2019, la compagnie lyrique crééra des productions scéniques à la Salle Ravel de Levallois.

 

PRESSE

 
Bonn General-Anzeiger  / 18 Septembre 2017
 

« L’ensemble parisien Opera Fuoco, sous la direction de son fondateur et chef d’orchestre David Stern, entraîne le public dans une interprétation musicalement excitante du destin de trois femmes (Velleda, Neris et Marguerite) qui n‘autorise pas l’ennui. Le nom de l’ensemble Fuoco/Feu représente bien leur credo. L’orchestre, avec d’excellents instrumentistes solistes (notamment le basson et le cor anglais), est aussi à l’aise avec les attaques secco qu’avec des sonorités séduisantes. »

 
Vincent Borel – Opera Magazine
 

L’Orchestre d’Opera Fuoco, placé sous la baguette de son chef fondateur, l’Américain David Stern, possède la facture sonore idéale sollicitant chaque pupitre en solo. Ils sont remarquables.

 
Philippe Alexandre Pham – Classique News
 

Opera Fuoco réinvente l’idée d’une équipe d’opéra : à la fois laboratoire, pépinière, fabrique vocale… C’est un collectif qui depuis quelques années a acquis une identité renforcée grâce à la conjonction des talents complémentaires et distincts.

 
Jacques Duffourg – Appogiature

Opera Fuoco, c’est non seulement une phalange, mais encore une académie, un atelier, une pédagogie (des classes de maître, donc) et une géométrie totalement variable. (…) Au pupitre, une âme bien née du nom de David Stern, auteur d’une direction qui restera l’une des plus belles que nous ayons entendues dans ce répertoire, sur de magnifique instruments originaux.

 

David Stern, fondateur et âme d’Opera Fuoco, c’est en quelque sorte McGyver au pays des Philharmonies. Son couteau suisse, son ingéniosité, disons-le sa malice, il les met – en sus de ses talents artistiques stricts (mais si vastes) – à la disposition de la plus noble des attitudes : la transmission. Stern est un passeur, et ce n’est pas sa très remarquable présentation des différents compositeurs fêtés ce soir, qui mettra en porte-à-faux ses dons de partage, son goût de la noble vulgarisation, son amour de la jeunesse – son humour, aussi.

 
© Meredith Mullins
© Meredith Mullins
© studio CLASSIQUENEWS 2016