Berenice che fai – Nouveau disque

 

DATE D’ENREGISTREMENT

Février 2017

 

Distribution

Soprano – Chantal Santon

Soprano – Natalie Pérez

Mezzo-soprano – Lea Desandre

 

Orchestre – Opera Fuoco

Direction – David Stern

 

 

Présentation

Au cœur de la Vienne historique, à quelques mètres du site du Burgtheater, les promeneurs peuvent admirer la façade rococo de la GrosserMichaelerhaus. Ce monument était la demeure de Mariana Martinez, fille d’un riche diplomate Napolitain, d’ascendance Espagnole. Nombreux sont les témoignages directs et indirects qui s’intéressent à la personnalité de Mariana Martinez. A l’apogée de l’Opera Seria à Vienne, elle a été l’élève de Pietro Metastasio, de Nicola Porpora et a eu comme locataire rien de moins que le jeune Joseph Haydn. Mariana Martinez ne s’est pas contentée d’être une salonnière comme les parisiennes de son époque ou les grandes dames Viennoises. Elle fut une compositrice accomplie. Adaptant des airs et récits de Metastasio, le génie musical de Mariana Martinez s’est attaché à rendre les affects et le feu dramatique aux vers de son maître et locataire.

Cet enregistrement, en se centrant sur « Ah Berenice » récit et air versifié par Metastasio, veut recréer l’ambiance musicale du salon de Mariana Martinez dans la GrossMichaelerhaus. Ainsi, en incluant à la fois l’adaptation de Hasse, de Mazzoni et de Mozart, ainsi qu’un air de Johann Christian Bach, la visée musicale est de retrouver les possibles inspirations préalables et postérieures des affects métastasiens, affects qui ont sans doute aidé Mariana Martinez dans ses compositions et sont un témoignage d’une époque foisonnante de musique dont elle a été l’instigatrice, la muse et la pionnière.

 

FRANCE MUSIQUE – Classic Club

Lionel Esparza

Jeudi 9 novembre

RADIO CLASSIQUE – Le Journal du Classique

Laure Mezan

Vendredi 10 novembre

RADIO CLASSIQUE – Eve Ruggieri raconte …

Eve Ruggieri

Mercredi 15 novembre