French Romantic Cantatas

DISTRIBUTION

Soprano – Karine Deshayes

 

Direction – David Stern

Orchestre – Opera Fuoco

 

Présentation

Dans ce programme, conçu avec le concours du Palazzetto Bru-Zane, Opera Fuoco redécouvre des cantates au dramatisme puissant. A la fois épousant la ligne déclamatoire de l’art lyrique Français et l’efficacité mélodique héritée de l’Italie, ces bijoux sont les témoins d’une ère post Révolutionnaire qui vit l’avènement du Romantisme. De Hérold à Boisselot, en passant par Cherubini et Catel, les cantates présagent déjà le génie de Berlioz. Karine Deshayes investit ces partitions sous la houlette de David Stern et de ses musiciens avec le feu et l’énergie que requiert cette musique puissante.

 

Commande : Fondation Bru Zane dans le cadre de sa programmation : Antiquité / Mythologie / Romantisme

Production : Palazzetto Bru Zane, Centre de Musique Romantique Française

Edition : Zig-Zag Territoires.

 
Œuvres (et extraits)

Médée, Luigi Cherubini (1760-1842)
Velléda, Xavier Boisselot (1811-1893)
Ariane, Louis-Ferdinand Herold (1791-1833)
Sémiramis (ouverture), Charles-Simon Catel (1773-1830)
Circé, Luigi Cherubini (1760-1842)

 

 
 

EXTRAITS

 

Velléda de Boisselot

Karine Deshayes

Velléda (extrait)

 

Velléda de Boisselot

Karine Deshayes

Velléda (final)

 

Sémiramis de Catel

Orchestre Opera Fuoco

Ouverture

 
 
 

REPORTAGE

 

 
 

PRESSE

 
 
Paul Ballyk – Expedition Audio

La tonalité riche et lumineuse de la voix de la mezzo-soprano Karine Deshayes sied à merveille à ce répertoire, tandis que le chef David Stern dirige son orchestre avec énergie dans des interprétations impeccables. Quiconque apprécie la musique vocale de Berlioz ou les opéras de l’époque de Meyerbeer et Weber devrait sans plus tarder se procurer un exemplaire de cet album exceptionnel.

 
 
Jacques Bonnaure – Opera Magazine

Ces musiques conviennent bien à la personnalité vocale de Karine Deshayes, idéal mezzo-soprano français, point trop sombre, doté d’une ampleur qui lui permet d’affronter la violence de l’air final de Velléda, avec un orchestre conséquent. Surtout, l’artiste possède le ton noble, la sobre déclamation et la juste diction sans lesquels ces mini-tragédies lyriques ne sauraient exister. David Stern la suit avec fougue, exaltant la force et la tendresse de ces musiques, aussi bien dans les Cantates que dans les pages symphoniques de Cherubini et Catel, qui complètent.

 
 

Partenaires

 

Bruzane

 

Outhere

 

SPPF

 

Zig ZAg